À propos des types de cancer de la peau autres que le mélanome

LE CANCER DE LA PEAU EST LE PLUS FRÉQUENT DE TOUS LES CANCERS.

Il y a plus de nouveaux cas de cancer de la peau chaque année que de cancers du sein, de la prostate, du poumon et du côlon COMBINÉS [1].

Cliquez ICI pour visionner nos courtes vidéos éducatives qui récapitulent des informations sur chaque type de cancer de la peau (français et anglais), ou regardez la présentation complète du webinaire de mai 2021 : Le cancer de la peau mélanome et non-mélanome de A à Z, avec le Dr Tom Salopek, dermatologue et professeur en Alberta.

Il existe plusieurs types de cancers de la peau, dont :

Le carcinome basocellulaire

Le carcinome basocellulaire (CBC) est le cancer de la peau le plus fréquent. Il se développe dans les cellules basales (la couche supérieure de la peau). Le CBC peut se manifester sur n’importe quelle partie du corps, mais il est plus fréquent sur les surfaces cutanées ayant été exposées au soleil. Il est possible d’avoir plusieurs CBC.

Le CBC se propage (métastase) rarement. On estime les CBC avancés ne représentent que ~1 % des cas. (Mohan SV & Chang ALS. Curr Derm Rep 2014;3:40–5)

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre page : Le carcinome basocellulaire.

Le carcinome spinocellulaire

Le carcinome spinocellulaire (CSC), qui se développe dans les cellules kératinocytes, est le deuxième type de cancer de la peau le plus fréquent. S’il apparaît habituellement sur des surfaces cutanées exposées au soleil, il peut aussi se manifester sur les brûlures ou les blessures.

Le CSC peut se propager de la surface de la peau vers les couches plus profondes de l’épiderme, les ganglions lymphatiques ou d’autres organes. Le taux annuel d’incidence des CSC métastatiques est d’environ 4 %. (Burton et al. Am J Clin Dermatol. 2016;17:491-508.)

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre page :  Le carcinome spinocellulaire.

Le carcinome à cellules de Merkel

Le carcinome à cellules de Merkel (CCM) est un type rare de cancer de la peau autre que le mélanome. Il apparaît dans les cellules de Merkel, présentes dans la partie la plus profonde de l’épiderme, et dans les follicules pileux. Les cellules de Merkel se trouvent près des nerfs et fabriquent aussi des hormones. Le CCM se propage généralement rapidement, et se développe sur des surfaces de peau souvent exposées au soleil (la tête, le cou, les bras et les jambes). Le CCM est aussi appelé carcinome neuroendocrinien cutané ou carcinome trabéculaire.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre page : Le carcinome à cellules de Merkel.

Pour de plus amples renseignements au sujet des types de cancer de la peau autre que le mélanome traités par immunothérapie, veuillez cliquer ici :  The biology of non-melanoma skin cancers and their strong immunogenicity makes these tumors good candidates for novel and emerging immunotherapeutic agents. [en anglais]

ÉTATS PRÉCANCÉREUX : KÉRATOSE SÉNILE ET MALADIE DE BOWEN

Un état précancéreux de la peau peut se transformer en un cancer de la peau non mélanique.

Les états précancéreux de la peau les plus fréquents sont la kératose actinique et la maladie de Bowen.

La kératose actinique

La kératose actinique ou kératose solaire apparaît souvent sur les surfaces cutanées ayant été exposées au soleil chez des personnes âgées ou d’âge moyen. En général, une personne qui a une kératose actinique en développe d’autres. Le nombre des kératoses actiniques augmente souvent avec l’âge. La présence d’une kératose actinique indique que la peau a subi des dommages causés par le soleil.

La kératose actinique se développe lentement. Elles peuvent disparaître, mais réapparaissent plus tard. Faute d’être traitées, environ 1 % des kératoses actiniques engendrent un carcinome spinocellulaire. Il faut absolument traiter les kératoses, car il est difficile de déterminer celles qui deviendront cancéreuses.

Regardez ici notre vidéo portant sur la kératose actinique.

Facteurs de risque :

Les facteurs suivants peuvent augmenter le risque de développer une kératose actinique :

  • exposition excessive aux rayons ultraviolets B (UVB) du soleil;
  • âge avancé;
  • peau claire;
  • système immunitaire affaibli;
  • précédente PUVA-thérapie ou photochimiothérapie (psoralène + UVA).

Signes et symptômes :

La kératose actinique apparaît le plus souvent sur les zones ayant été fréquemment exposées au soleil, comme le visage, le dos des mains ou un cuir chevelu dégarni. Les signes et les symptômes de la kératose actinique sont habituellement les suivants :

  • petites plaques de peau sèches qui peuvent être rose-rouge ou de couleur chair;
  • surface plate au départ qui devient légèrement saillante et prend l’aspect d’une verrue.

Diagnostic :

La kératose actinique est diagnostiquée lors d’un examen de la lésion. Si, à la suite d’un traitement, elle n’a pas disparu ou si elle présente un risque de se développer en CSC, une biopsie de la peau est nécessaire.

Traitements :

Il existe plusieurs options pour traiter la kératose actinique. Le traitement choisi dépend habituellement du nombre et de l’emplacement des lésions. Il peut s’agir d’une des méthodes suivantes ou d’une combinaison de celles-ci :

  • Chimiothérapie topique
    • 5-fluorouracil (5-FU, Efudex)
    • Mébutate d’ingénol (Picato)
  • Thérapie biologique topique
    • Imiquimod (Aldara ou Zyclara)
  • Cryochirurgie
  • Souvent utilisée sur des plaques individuelles
  • On peut y avoir aussi recours pour de nombreuses petites plaques saillantes
  • Chirurgie
    • Excision chirurgicalesimple
    • Curetage et électrodessication
      • On peut y avoir aussi recours pour de nombreuses grandes plaques
    • Exfoliation chimique
    • Chirurgie au laser
    • Thérapie photodynamique

Renseignements obtenus auprès de la Société canadienne du cancer.

La maladie de Bowen

La maladie de Bowen est une forme précoce de carcinome spinocellulaire (CSC). On l’appelle aussi carcinome intra-épidermoïde (in situ). Dans la maladie de Bowen, les cellules cancéreuses sont confinées dans l’épiderme, soit la couche superficielle de la peau. Bien que la maladie ne se propage pas aux ganglions lymphatiques, elle peut envahir les couches les plus profondes de la peau si elle n’est pas traitée. Dans ce cas, la maladie de Bowen évolue vers un carcinome spinocellulaire invasif susceptible de se propager dans le système lymphatique.

Facteurs de risque :

Les facteurs suivants peuvent augmenter le risque de développer la maladie de Bowen :

  • exposition excessive aux rayons ultraviolets B (UVB) du soleil;
  • âge avancé;
  • précédente radiothérapie;
  • système immunitaire affaibli
  • les infections aux papillomavirus humains (HPV) jouent un rôle dans la maladie de Bowen anale et génitale;
  • Exposition à l’arsenic.

Signes et symptômes :

La maladie de Bowen se manifeste le plus souvent sur les jambes, le dos des mains, les doigts ou le visage. Les signes et les symptômes de la maladie de Bowen peuvent être les suivants :

  •  lésions cutanées à l’aspect squameux de coloration rouge à marron, qui peuvent évoluer vers des croûtes. La lésion peut être solitaire ou multiple.
  • des plaques donnant l’impression qu’elles ont été balayées par le vent;
  • des plaques plus grosses, plus rouges et plus écailleuses que celles des kératoses actiniques.

Diagnostic :

En présence de signes et de symptômes de la maladie de Bowen, ou si le médecin soupçonne qu’il s’agit de la maladie de Bowen, le diagnostic est réalisé par biopsie. Il y a deux types de biopsies :

  • la biopsie par rasage
  • la biopsieà l’emporte-pièce

Traitements :

Les options pour traiter la maladie de Bowen dépendent du nombre et de l’emplacement des lésions. Il peut s’agir d’une des méthodes suivantes ou d’une combinaison de celles-ci :

  • Chirurgie
    • Excision chirurgicalesimple
    • Curetage et électrodessication
  • Chimiothérapie topique
    • 5-fluorouracil (5-FU, Efudex)
  • Thérapie biologique
    • Imiquimod (Aldara ou Zyclara)
  • Cryochirurgie
  • Thérapie photodynamique

Informations obtenues auprès de la Société canadienne du cancer.

FACTEURS DE RISQUE DU MÉLANOME ET DES TYPES DE CANCER DE LA PEAU AUTRES QUE LE MÉLANOME

Les facteurs suivants peuvent augmenter le risque d’avoir un mélanome et des types de cancer de la peau autres que le mélanome.

Si vous avez des problèmes de peau et vous inquiétez d’avoir un cancer de la peau, consultez immédiatement votre médecin. Vous trouverez de plus amples informations sur le processus de diagnostic ici.

  • S’exposer sans protection et de manière excessive aux rayons ultraviolets (UV)
  • Avoir la peau claire
  • Taches de rousseur
  • Exposition professionnelle au goudron minéral, au brai, à la créosote, à des composés d’arsenic ou au radium
  • Certains médicaments, comme les immunosuppresseurs
  • Antécédents familiaux de cancer de la peau
  • Présence de nombreux grains de beauté ou de grains de beauté atypiques
  • Gros coups de soleil, en particulier pendant l’enfance

UN DÉPISTAGE PRÉCOCE EST ESSENTIEL

Examinez votre peau au moins une fois par mois. Observez le dos de votre corps, le cuir chevelu et les endroits cachés (entre les orteils). Utilisez un miroir ou demandez l’aide d’un proche. Traquez le moindre grain de beauté qui change, toute nouvelle excroissance, des plaies qui ne guérissent pas, et des zones à l’aspect anomal.

Les étapes de l’auto-examen de la peau

  1. S’installer devant un miroir dans une pièce bien éclairée. Examiner le devant du corps : le visage, le cou, les épaules, les bras, la poitrine, les cuisses et les jambes.
  2. Se tourner sur le côté, lever les bras et examiner les côtés du corps, y compris les aisselles.
  3. À l’aide d’un miroir à main, examiner le haut du dos, le cou et le cuir chevelu. Examiner ensuite le bas du dos, les fesses, l’arrière des cuisses et les mollets.
  4. Examiner les avant-bras, les paumes, le dos des mains, les ongles et les espacesinterdigitaux.
  5. Enfin, examiner les pieds : le dessus et la plante des pieds, les ongles, les orteils et les espacesinterdigitaux.

Association canadienne de dermatologie, dépliant pour les patients « Melanoma Skin Cancer : Know the Signs, Save a Life », 2009.

Quand vous examinez votre peau ou celle de vos proches, appliquez la règle de l’ABCDE pour vérifier les grains de beauté.

A pour asymétrie. Les deux moitiés du grain de beauté n’ont pas la même forme.

B pour bords. Le contour du grain de beauté est inégal (irrégulier). Il est souvent dentelé, échancré ou flou. La couleur peut s’étendre à la région entourant le grain de beauté.

C pour couleur. La couleur du grain de beauté est inhomogène. Elle peut présenter des teintes de noir, de brun et de brun clair. On voit parfois des régions blanches, grises, rouges, rose ou bleues.

D pour diamètre. La taille du grain de beauté change; en général, il grossit. Les mélanomes peuvent être tout petits, mais la plupart ont une taille supérieure à 6 mm de diamètre (environ ¼ po de largeur).

E pour évolution. L’aspect du grain de beauté a changé au cours des dernières semaines ou mois.

F pour fermeté. Le grain de beauté est-il plus dur que la peau avoisinante?

G pour grandeur. Le grain de beauté grossit-il graduellement?

Contactez immédiatement votre médecin si vous remarquez des anomalies. Votre médecin vous recommandera peut-être aussi de vérifier tous les mois vos ganglions lymphatiques.

Pour des instructions complètes pour effectuer un auto-examen de la peau, CLIQUEZ ICI.

Remarque : Les informations figurant sur le site Web de la Fondation Sauve ta peau ne visent en aucun cas à remplacer les conseils médicaux d’un médecin ou d’un prestataire de soins de santé. Bien que nous mettions tout en œuvre pour que les informations fournies sur notre site soient le plus à jour possible, il convient de noter que les données et les statistiques sont susceptibles d’être modifiées en fonction de la publication de nouvelles recherches et études.

LES AUTO-EXAMENS MENSUELS SONT ESSENTIELS À LA DÉTECTION PRÉCOCE

La sensibilisation et l’éducation sont essentielles. Depuis 2006, la Fondation s’efforce de sensibiliser le public au mélanome et aux cancers de la peau sans mélanome en mettant l’accent sur l’éducation, la prévention et la nécessité d’améliorer les soins aux patients.

Show Buttons
Hide Buttons