À propos du mélanome

Le mélanome est une tumeur maligne qui apparaît dans les cellules de la peau appelées mélanocytes, qui produisent la mélanine ou pigment. Cancer malin, un mélanome peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps. Il existe plusieurs sous-types de mélanomes : mélanome cutané, mélanome des muqueuses et mélanome oculaire.

Pour en savoir plus sur le mélanome, le diagnostic et les stades, les options thérapeutiques, les services de soutien aux patients et aux soignants ainsi que les questions à poser à votre médecin, CLIQUEZ ICI :

APRÈS AVOIR REÇU UN DIAGNOSTIC DE MÉLANOME

Il existe trois types différents de mélanomes :

MÉLANOME CUTANÉ

Il existe quatre types différents de mélanomes cutanés, qui sont confirmés par un examen microscopique d’un prélèvement par biopsie.

  • Le mélanome superficiel extensif représente environ 70 % de tous les mélanomes de la peau. Il prend souvent naissance à partir d’un grain de beauté atypique et peut se manifester sur toutes les parties du corps.
  • Le mélanome nodulaire représente environ 10 à 15 % de tous les mélanomes. Il descend en profondeur dans la peau et se propage rapidement.
  • Le mélanome de type lentigo malin représente environ 10 à 15 % de tous les mélanomes. Il se manifeste habituellement sur des régions de peau qui sont régulièrement exposées au soleil. Il apparaît souvent sous la forme de grandes plaques.
  • Le mélanome lentigineux des extrémités apparaît aussi souvent chez les Afro-Américains que chez les Caucasiens. Il grossit et se propage rapidement.
MÉLANOME DES MUQUEUSES

Le mélanome des muqueuses apparaît sur le revêtement des voies gastro-intestinales, respiratoires et génito-urinaires. C’est une forme de mélanome rare qui ne représente qu’un pour cent de tous les mélanomes et qui est souvent diagnostiqué à un stade avancé chez les personnes âgées. Quelque 50 % des mélanomes des muqueuses commencent dans la région de la tête et du cou, 25 % dans la région ano-rectale et 20 % dans les voies génitales féminines. Les 5 % restants apparaissent dans l’œsophage, la vésicule biliaire, les intestins, la conjonctive et l’urètre.

On trouve d’autres renseignements sur le mélanome des muqueuses sur le site Web de la Melanoma Research Foundation. [en anglais]

MÉLANOME OCULAIRE

Le mélanome oculaire est une tumeur rare, touchant environ cinq personnes sur un million. S’il ne représente que 5 % des mélanomes, c’est un mélanome rapide et agressif, qui représente 9 % des décès liés à un mélanome.

Mise à jour en 2019 : Le lancement de l’initiative Ocumel Canada nous a permis d’enrichir nos ressources et d’accroître notre soutien aux patients atteints de mélanome oculaire.

Veuillez cliquer ici pour voir toutes les ressources que nous avons compilées : À propos du mélanome oculaire

REMARQUE : MÉLANOME ATYPIQUE OU AMÉLANOTIQUE

La liste de vérification en sept points des grains de beauté est utile pour dépister des lésions pour lesquelles il faut effectuer une exérèse. Les trois principales caractéristiques sont un changement de forme, un changement de taille et un changement de couleur; les quatre caractéristiques secondaires sont un diamètre supérieur à 7 mm, une inflammation, un suintement ou un encroûtement et une irritation mineure ou des démangeaisons. En cas de lésions présentant l’une des principales caractéristiques ou trois caractéristiques secondaires, on peut suspecter un mélanome. Malheureusement, le mélanome malin peut se présenter de manière atypique.

Environ 2 % de tous les mélanomes sont amélanotiques. Le mélanome amélanotique est le sous-type qui est le plus fréquemment signalé comme simulant d’autres lésions cutanées, mais même les mélanomes pigmentés sont souvent diagnostiqués à tort comme des nævus mélanocytaires, carcinomes basocellulaires, kératoses séborrhéiques ou lentigos.

Si un grain de beauté change d’aspect ou est atypique ou si une lésion cutanée ne guérit pas, il faut consulter d’urgence un dermatologue ou un chirurgien spécialisé dans les lésions pigmentaires. Le dépistage précoce d’un mélanome malin est essentiel, car les perspectives de survie sont étroitement liées à l’épaisseur de la tumeur (échelle de Breslow) au moment du diagnostic. L’épaisseur de Breslow, mesurée à l’examen histologique, est la distance entre la couche granuleuse épidermique sus-jacente et la zone invasive la plus profonde de la lésion primaire.

Source : JRSM, « Atypical melanoma » (mélanome atypique) [en anglais]

Si vous constatez une anomalie sur votre peau et craignez d’avoir un cancer de la peau, contactez immédiatement votre médecin. Cliquez ici pour en savoir plus sur le processus de diagnostic. [en anglais]

Comprendre votre rapport de pathologie — ENREGISTREMENT DU WEBINAIRE DISPONIBLE :

Pour diagnostiquer des maladies comme le cancer, un fragment de tissu est prélevé (biopsie) sur un patient et un pathologiste l’examine pour déterminer la présence ou non d’un cancer. Un pathologiste examine ensuite les échantillons prélevés lors d’une intervention chirurgicale (résection) afin de déterminer si la tumeur est bénigne ou maligne, et si elle est cancéreuse, le type exact de cellule, le stade et la gravité de la tumeur. Le pathologiste, qui fait partie de l’équipe médicale, rédige le rapport de pathologie qui servira à votre médecin traitant à déterminer quelle serait la meilleure prise en charge thérapeutique. Dans ce webinaire, le Dr Alan Spatz vous explique comment comprendre votre rapport de pathologie afin que vous puissiez jouer un rôle actif dans votre traitement. Écoutez l’enregistrement sur YouTube. [en anglais]

Avec le Dr Alan Spatz, MD, Directeur du Département de pathologie de l’Hôpital général juif et professeur de pathologie et d’oncologie, Université McGill.  

Cliquez ici pour voir d’autres webinaires éducatifs dans notre vidéothèque, dont certains sont disponibles en français : https://saveyourskin.ca/webinars-video-resources/

STADIFICATION DES MÉLANOMES

La stadification est couramment utilisée dans le diagnostic et le traitement d’un mélanome pour indiquer l’avancement et la gravité d’un cancer chez un patient. Les stades du mélanome vont de 0 à IV selon le système TNM (tumeur, ganglions, métastases). Le système TNM est dictée par la taille de la tumeur primaire, l’apparition de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques environnants, la présence ou non de métastases (propagation du cancer à d’autres régions du corps) et l’existence ou non d’une ulcération (en cas d’ulcération, la peau recouvrant le mélanome n’est pas clairement visible). Bien que les chiffres des derniers stades puissent être inquiétants, la stadification est absolument nécessaire pour établir le traitement que le patient suivra.

Au stade 0, le mélanome est fin et n’a pas envahi les couches les plus profondes de la peau. On parle de mélanome in situ.

Aux stades I et II, les mélanomes se limitent à la peau. Ils varient en fonction de leur épaisseur et de la présence ou non d’une ulcération. Les mélanomes plus épais et les mélanomes ulcérés présentent un risque plus élevé de récidive.

Au stade III, le mélanome s’est propagé vers un ou plusieurs ganglions lymphatiques situés près de l’emplacement où le cancer a pris naissance ou dans les tissus avoisinants. On divise le mélanome de stade III en quatre groupes, soit A, B, C et D.

Au stade IV, le mélanome s’est répandu loin de la tumeur originale, à d’autres ganglions lymphatiques ou à d’autres organes, comme les poumons, le foie ou le cerveau.

Pour de plus amples informations sur les stades du mélanome, CLIQUEZ ICI. [en anglais]

TRAITEMENTS CIBLÉS ET IMMUNOTHÉRAPIE

Il existe plusieurs traitements pour le cancer de la peau, y compris la thérapie ciblée et l’immunothérapie. Le diagnostic, l’âge du patient, la région où il habite et son état de santé général sont quelques-uns des facteurs à prendre en compte quand on examine les options de traitement.

Pour déterminer si une thérapie ciblée est susceptible de convenir au patient, on analyse la tumeur afin de savoir si elle présente une mutation génétique du gène BRAF. S’il y a mutation du gène BRAF, le patient est admissible à une thérapie ciblée. Dans le cas contraire, il ne l’est pas. Environ la moitié des patients atteints d’un mélanome présentent une mutation génétique particulière de la protéine BRAF. Il s’agit d’une « mutation BRAF ».

Autre option : l’immunothérapie. L’immunothérapie est un traitement destiné à « réactiver » le système immunitaire pour l’aider à combattre les cellules cancéreuses. Le traitement peut être administré aux patients par voie intraveineuse dans le service de chimiothérapie de l’hôpital, mais il ne s’agit pas d’une chimiothérapie. Un patient est admissible à un traitement d’immunothérapie, quel que soit le statut BRAF de sa tumeur.

Cliquez ici pour vous renseigner davantage sur la « Thérapie ciblée » 

Cliquez ici pour vous renseigner davantage sur l’« Immunothérapie » 

Une liste actualisée des traitements disponibles peut être consultée dans la base de données des formulaires des Régimes de médicaments des provinces sur le site Web de l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS). On peut y avoir accès ici.

Vous trouverez de plus amples renseignements ci-dessous :

Regardez notre vidéo éducative sur le mélanome ici.

Cliquez ici pour lire ou télécharger les NCCN Guidelines for Patients — Melanoma [en anglais]

Medical News Today: How skin cancer becomes invasive [en anglais]

Source : Société canadienne du cancer, «Qu’est-ce que le mélanome? »

16 octobre 2019 : Melanoma Statistics – A Distillation from the 2019 Canadian Cancer Society Report [en anglais]

(statistiques sur le mélanome — Synthèse du rapport 2019 de la Société canadienne du cancer)

Et un aperçu rapide : Canadian Melanoma Statistics 2019 

(statistiques canadiennes sur le mélanome, 2019)

Septembre 2018 : Canadian Melanoma Statistics 2018 [en anglais]

(statistiques canadiennes sur le mélanome, 2018)

Juin 2017 : A Distillation of Melanoma Statistics [en anglais], synthèse des statistiques canadiennes sur le cancer 2017 et 2016 de la Société canadienne du cancer

Remarque : Les informations figurant sur le site Web de la Fondation Sauve ta peau ne visent en aucun cas à remplacer les conseils médicaux d’un médecin ou d’un prestataire de soins de santé. Bien que nous mettions tout en œuvre pour que les informations fournies sur notre site soient le plus à jour possible, il convient de noter que les données et les statistiques sont susceptibles d’être modifiées en fonction de la publication de nouvelles recherches et études.

LES AUTO-EXAMENS MENSUELS SONT ESSENTIELS À LA DÉTECTION PRÉCOCE

La sensibilisation et l’éducation sont essentielles. Depuis 2006, la Fondation s’efforce de sensibiliser le public au mélanome et aux cancers de la peau sans mélanome en mettant l’accent sur l’éducation, la prévention et la nécessité d’améliorer les soins aux patients.

Show Buttons
Hide Buttons