Cancer de la peau chez les personnes de couleur

Cancer de la peau chez les personnes de couleur

Pendant le Mois de l’histoire des Noirs, nous voulons souligner l’impact du cancer de la peau et du mélanome sur la communauté noire et les personnes de couleur.

Le cancer de la peau est moins fréquent chez les personnes de couleur, mais lorsqu’il survient, il est souvent diagnostiqué à un stade avancé et son pronostic est moins bon. Il peut être mortel lorsque la personne est atteinte d’un mélanome. Le traitement de tout type de cancer de la peau peut être difficile aux stades avancés.

Environ 52 % des personnes à la peau noire et 26 % des personnes hispaniques découvrent qu’elles ont un mélanome alors que celui-ci s’est déjà propagé, comparé à 16 % des personnes à la peau blanche.

Une étude a révélé que le taux de survie moyen à cinq ans du mélanome n’est que de 67 % chez les personnes à la peau noire contre 92 % chez les personnes à la peau blanche.

Selon les experts, le public est globalement moins sensibilisé au risque de cancer de la peau chez les personnes de couleur.

De plus, du point de vue des prestataires de soins de santé, l’indice de suspicion du cancer de la peau est souvent plus faible chez les personnes de couleur, car les risques sont en fait plus faibles. Ces patients ont donc moins de chances de subir des examens de la peau complets et réguliers.

LES SIGNES PRÉCURSEURS DU CANCER DE LA PEAU SONT DIFFÉRENTS CHEZ LES PERSONNES DE COULEUR

 

Chez les personnes de couleur, le cancer de la peau se développe souvent sur les parties du corps qui reçoivent moins de soleil, comme la plante des pieds, le bas des jambes et les paumes, ce qui rend la détection plus difficile. Chez les personnes de couleur, jusqu’à 60 à 75 % des mélanomes se développent sur la paume des mains, la plante des pieds et la région des ongles. Ce cancer peut également commencer autour de l’anus ou sur les partie génitales.

Les facteurs de risque des mélanomes acronymes ne sont pas entièrement compris – le terme acronyme signifie sur les mains et les pieds – mais le soleil est moins susceptible d’être un facteur. Dans les mélanomes en général, le rayonnement UV est certainement un facteur de risque majeur, et il existe de nombreux mélanomes et carcinomes spinocellulaires induits par les UV chez les personnes de couleur, qui peuvent avoir une large gamme de teints, de très clairs à très foncés. Mais la proportion de cancers de la peau qui se produisent dans des sites non exposés au soleil est plus importante chez les populations à la peau foncée.

Environ 50 % des carcinomes basocellulaires (CBC) sont pigmentés (c’est-à-dire de couleur brune) chez les patients à la peau plus foncée. Si vous regardez les photos typiques de CBC utilisées dans le matériel pédagogique – dont la plupart portent sur des peaux claires – vous verrez une excroissance rose et nacrée qui peut ou non être croûtée. Ce que vous ne verrez presque jamais, c’est l’image d’une lésion brune, légèrement translucide. Pourtant, environ la moitié des CBC chez les patients à la peau foncée sont bruns ou pigmentés, et donc plus faciles à rater. La Fondation Sauve ta peau, ainsi que de nombreuses autres organisations de lutte contre le cancer de la peau, s’efforce d’inclure davantage de peau de couleur dans les images des cancers de la peau.

 

SOURCES :

La Fondation du cancer de la peau, https://www.skincancer.org/

Association de l’Académie américaine de dermatologie, https://www.aad.org/

WebMD, https://www.webmd.com/

Gloster HM, Neal K. Skin cancer in skin of color. J Am Acad Dermatol 2006; 55:741-60. https://www.jaad.org/article/S0190-9622(05)02730-1/fulltext

No Comments

Post A Comment

Show Buttons
Hide Buttons