English
info@saveyourskin.ca

prévention

La vérité sur 5 mythes du soleil et du bronzage

Il existe de dangereuses conceptions fausses concernant les risques liés au bronzage. C’est pourquoi nous avons entrepris de découvrir la science qui se cache derrière le bronzage et de comprendre la vérité sur cinq mythes courants sur le sujet.

MYTHE n°1 : Les lits de bronzage sont plus sécuritaires que le soleil

La meilleure façon de comprendre pourquoi les lits de bronzage sont plus nocifs que l’exposition régulière au soleil est de comprendre le processus de bronzage. Tout d’abord, lorsqu’on passe du temps à l’extérieur, les rayons UV du soleil pénètrent dans notre peau et percent les couches protectrices de la peau. En réponse à cela, la peau se défend avec des cellules cutanées spécialisées, les mélanocytes. Les mélanocytes libèrent le pigment mélanine qui donne l’aspect bronzé. Malheureusement, il arrive que l’impact des rayons UV soit trop fort pour que les cellules de la peau puissent le supporter, ce qui provoque des coups de soleil. Cet impact des rayons UV endommage l’ADN des cellules de la peau et, avec le temps, cela peut également conduire au cancer de la peau et à un système immunitaire vulnérable.[efn_note]Pour plus d’informations sur la science du bronzage, voir “Tanning (for Teens)” by Nemours KidsHealth, https://kidshealth.org/en/teens/tanning.html[/efn_note] En gardant cela à l’esprit, lorsque quelqu’on utilise un lit de bronzage, on soumet notre peau à ces dommages à une fréquence plus élevée que si nous passions du temps en plein soleil. C’est pourquoi l’Organisation mondiale de la santé a placé les lits de bronzage dans la catégorie de risque de cancer la plus élevée.

MYTHE n°2 : Un bronzage de base offre une protection solaire adéquate

Depuis de nombreuses années, la théorie selon laquelle un bronzage de base offre une protection solaire a incité les gens à se rendre dans les salons de bronzage avant les vacances d’été. L’idée sous-jacente est que le bronzage de base réduit les risques de coups de soleil en préparant la peau au combat contre le soleil.[efn_note]Pour plus d’informations sur le bronzage de base, voir “10 Surprising Facts About Indoor Tanning” by the American Academy of Dermatology Association, https://www.aad.org/public/diseases/skin-cancer/surprising-facts-about-indoor-tanning[/efn_note] Cependant, on a découvert que si un bronzage de base était mesuré sur l’échelle SPF, il équivaudrait à un facteur de protection solaire entre 2 et 4.[efn_note]Pour plus d’informations sur la sûreté du bronzage, voir “Indoor Tanning Is Out” by the Canadian Dermatology Association, https://dermatology.ca/public-patients/sun-protection/indoor-tanning-is-out/[/efn_note] Il a été recommandé aux personnes de porter une crème solaire avec un SPF de 30, de sorte que, simplement en examinant ces chiffres, il est clair qu’un bronzage de base ne constitue pas une protection suffisante. En outre, le bronzage de base exposerait la peau aux dommages connus des lits de bronzage, ce qui est plus dangereux que protectif. Le manque de preuves pour soutenir la théorie du bronzage de base confirme que ce n’est pas la meilleure voie et que la meilleure protection solaire reste la crème solaire, les lunettes de soleil et les vêtements de protection solaire.[efn_note]Pour plus d’informations sur le bronzage de base, voir “A Healthy Base Tan?” by Forefront Dermatology, https://forefrontdermatology.com/heathy-base-tan/[/efn_note]

MYTHE n°3 : L’exposition supplémentaire au soleil est nécessaire pour obtenir assez de vitamine D

C’est un fait commun que la vitamine D est associée à des os sains, mais la vitamine D peut être obtenue plus facilement que la plupart des gens ne le pensent. Il n’est pas nécessaire de passer un temps prolongé au soleil pour absorber la vitamine recherchée. Elle peut être obtenue en mangeant des aliments riches en vitamine D comme le saumon, le thon et les jaunes d’œufs. Le lait vendu dans les épiceries est également enrichi de vitamine D. En outre, après avoir consulté un médecin, et si cela est jugé approprié, il existe des options de suppléments de vitamine D. Cela dit, le temps que les individus passent naturellement à l’extérieur est suffisant pour augmenter les niveaux de vitamine D, ce qui rend inutile un long séjour à l’extérieur dans ce but précis.[efn_note]Pour plus d’information sur la vitamine D, voir “Vitamin D Myths ‘D’-bunked” by Yale Medicine, https://www.yalemedicine.org/stories/vitamin-d-myths-debunked/[/efn_note]

MYTHE n°4 : La crème solaire est inutile sous couvert

Il existe une conception fausse courante selon laquelle le fait d’être à l’ombre protège la peau contre les rayons UV nocifs du soleil. Le problème est que même si les individus ne sont pas en ligne directe avec les rayons UV, ils peuvent être indirectement affectés lorsque les rayons du soleil sont réfléchis par d’autres surfaces. Par exemple, il est courant de s’asseoir sous un parasol pour se mettre à l’ombre pendant une journée à la plage, mais le soleil peut quand même se réfléchir sur l’eau et le sable. De plus, il peut être difficile de toujours rester complètement couvert sous un parasol ou dans un endroit ombragé, car le soleil se déplace rapidement. Pour ces raisons, il est plus sûr de continuer à appliquer de la crème solaire pour une protection complète.[efn_note]Pour plus d’informations sur l’utilisation des crèmes solaires, voir “Healthy Skin: Made in the Shade?” by the Skin Cancer Foundation, https://www.skincancer.org/blog/healthy-skin-made-in-the-shade/[/efn_note]

MYTHE n°5 : Le bronzage donne une peau parfaite

Les résultats d’un bronzage peuvent sembler donner à la peau un aspect radieux et faire disparaître les signes d’imperfections. En fait, le bronzage de la peau ne crée cet effet que temporairement et il est bien connu que chaque bronzage entraîne des niveaux variables de dommages cutanés. L’exposition au soleil est la cause la plus fréquente de dommages et de rides de la peau. L’exposition aux rayons ultraviolets (UV) du soleil entraîne des changements au niveau de la peau. En plus des rides, les dommages causés par les UV provoquent des taches brunes et une irrégularité pigmentaire, ainsi que des capillaires brisés et des taches rouges.[efn_note]Pour plus d’informations sur les dommages causés à la peau par l’exposition au soleil, voir “Wrinkles” by the Better Health Channel, Victoria State Government, https://www.betterhealth.vic.gov.au/health/conditionsandtreatments/wrinkles[/efn_note] Le soin de la peau consiste à garder la peau saine et non à essayer de lui donner un aspect impeccable. La peau fonctionne et protège le corps humain de multiples façons, c’est pourquoi il est important d’en prendre soin. La meilleure façon de le faire est de pratiquer la sécurité au soleil à l’extérieur et de se tenir à l’écart des lits de bronzage.

Pour plus d’informations sur la sécurité au soleil, et pour accéder à des ressources qui vous aideront à vous protéger, consultez notre page La prévention.

Read more

Clôture de S’activer pour le mélanome

 

À TOUS CEUX QUI ONT PARTICIPÉ À “S’ACTIVER POUR LE MÉLANOME 2020” EN SENSIBILISANT LEURS COMMUNAUTÉS ET EN COLLECTANT DES FONDS, UN GRAND MERCI !

Plus de 100 participants et 24 équipes à travers le Canada ont participé à S’activer pour le mélanome cette année ! Nous avons été tellement émus et inspirés par cette incroyable communauté de patients, de familles et d’amis.

Nous tenons à remercier tous ceux et celles qui ont soutenu S’activer pour le mélanome en faisant un don, en parrainant un événement ou en passant le mot. Grâce à vous, l’événement a été un succès monumental !
Nous avons atteint 120 % de notre objectif de collecte de fonds (doublé) ! Lisez notre communiqué de presse ici.

À tous les participants et donateurs, votre dévouement à la lutte contre le cancer de la peau permettra à la Fondation Sauve ta peau de continuer à soutenir les Canadiens vivant avec un cancer de la peau non mélanome, un mélanome et un mélanome oculaire au moment où ils en ont le plus besoin. Chaque dollar recueilli grâce à vos dons sera directement versé aux patients sous forme de frais de traitement, de vols, d’hébergement et d’autres dépenses nécessaires mais coûteuses engagées pendant le traitement.

Grâce à tous nos participants qui nous ont envoyé des photos d’eux-mêmes et de leurs coéquipiers participant à S’activer pour le mélanome, nous avons pu créer une magnifique vidéo de l’événement que vous pouvez visionner ici.

 

Sondage

Nous vous encourageons à prendre 2 minutes pour remplir notre SONDAGE pour les participants afin de nous aider à améliorer l’événement de l’année prochaine !

 

MERCI À NOS COMMANDITAIRES

Nous tenons à remercier les nombreuses entreprises qui ont soutenu notre événement cette année. Elles ont généreusement donné des prix pour nos meilleurs collecteurs de fonds et ont contribué financièrement à l’événement. Merci de leur montrer votre soutien !

Read more

Nous devons approfondir nos connaissances sur le mélanome

Un sondage récent auprès des adultes canadiens, mené par Léger en mars 2020 en collaboration avec Novartis Pharmaceuticals Canada Inc. et la Fondation Sauve ta peau, révèle des lacunes dans les connaissances sur le cancer de la peau le plus mortel, le mélanome.

 

Voici ce que le sondage nous a appris :

Environ un quart des Canadiens (26 %) ignorent ou ne savent pas que passer plus de temps au soleil augmente leur risque de mélanome.

Seulement la moitié des répondants (51%) disent avoir des connaissances sur le mélanome.

Les Canadiens qui se disent bien informés sur le mélanome sont nettement plus nombreux à penser qu’ils courent un risque de mélanome (48 % contre 24 %) que ceux qui disent ne pas être bien informés.

Plus de la moitié des Canadiens (55 %) ne savent pas ou ont mal identifié que de légères expositions au soleil sans protection peuvent entraîner un mélanome. 

60 % des Canadiens pensent à tort que le mélanome touche principalement les personnes à la peau claire. Seuls 39% ont correctement identifié que le mélanome peut se développer sur tous les types de peau.

La majorité des Canadiens (58 %) pensent à tort que le traitement du mélanome est une procédure simple. 

Deux tiers des Canadiens (66 %) disent qu’ils voudraient connaître leur type de mutation si un mélanome était diagnostiqué.

Seuls 15 % sont fortement d’accord pour dire que le fait de connaître leur type de mutation pourrait changer le cours de leur traitement contre le mélanome.

Seule la moitié des Canadiens (48 %) pensent que le mélanome est la forme la plus dangereuse du cancer de la peau. Dans le groupe des personnes de moins de 55 ans, un peu plus d’un tiers des Canadiens (37 %) identifient le mélanome comme la forme la plus dangereuse du cancer de la peau.

La connaissance, c’est le pouvoir. Aidez-nous à mieux informer les Canadiens sur le mélanome.

Pour télécharger une copie PDF de ces résultats, cliquez ici.

Read more

EN CE MOIS DE LA SENSIBILISATION AU MÉLANOME, N’OUBLIEZ PAS LA SÉCURITÉ AU SOLEIL !

Chaque mois de mai est non seulement le Mois de la sensibilisation au mélanome, mais aussi le début d’un temps ensoleillé et des plans d’été. Cette année, pendant que nous nous réfugions chez nous, aller au parc ou faire une promenade peut être un excellent moyen d’améliorer son humeur ; cependant, il est important de s’assurer que, non seulement, vous vous distanciez socialement, mais aussi que vous prenez des mesures de protection contre le soleil.

En 2019, la Société canadienne du cancer a estimé que des 220 400 nouveaux cas de cancer en 2019, 7 800 étaient des mélanomes (p. 25). Le mélanome représente 7 % des diagnostics de cancer, tant chez les jeunes (15-29 ans) que chez les adultes (30-49 ans), selon une répartition des nouveaux cas de cancer (pour certains cancers) par groupe d’âge au Canada (hors Québec), en 2011-2015 (p. 14). Si les taux d’incidence du mélanome ne sont pas aussi élevés que ceux des autres types de cancer, les taux de mortalité sont substantiels : sur les 82 100 décès par cancer prévus en 2019, 1 300 devraient être dus au mélanome (p. 47). Il est donc important de se protéger avec vigilance lorsque l’on est dehors au soleil, même s’il s’agit d’un voyage rapide.

Il est vrai que certaines populations sont plus à risque de développer un cancer de la peau, comme celles qui ont un cancer de la peau dans leur famille, qui ont la peau claire ou qui prennent des médicaments susceptibles de supprimer leur système immunitaire ; cependant, toute personne ayant eu des coups de soleil fréquents ou extrêmes à l’adolescence, ou qui continue à passer des périodes prolongées et non protégées au soleil, augmente considérablement son risque de développer un cancer de la peau, car chaque coup de soleil est signe de dommages cutanés. Bien que certaines de ces circonstances soient inévitables, il est possible de réduire votre risque de cancer de la peau en prenant les mesures de précaution suivantes tout en profitant de votre temps au soleil. Nous vous encourageons à partager ces conseils avec vos amis et votre famille en partageant notre page de ressources sur la sensibilisation à la sécurité au soleil (en anglais seulement), qui contient des liens vers plusieurs guides en ligne et à imprimer utiles sur la sécurité au soleil et la sensibilisation au cancer de la peau.

Prévention

Le conseil le plus important en matière de protection solaire est de limiter votre exposition. Profitez du plein air, mais prenez ces précautions :

   

La crème solaire est également votre alliée. Voici quelques conseils :

  • Emportez toujours avec vous un écran solaire format voyage et un baume à lèvres FPS, afin d’être toujours prêt
  • Procurez-vous un écran solaire d’un indice de protection d’au moins 30 et offrant une protection contre les rayons UVA et UVB
  • Appliquez votre crème solaire 20 minutes avant de vous exposer au soleil
  • Réappliquez votre crème solaire toutes les deux heures
  • Les crèmes ou lotions solaires offrent une meilleure couverture que les aérosols
  • Faites une liste des endroits que vous oubliez souvent, et couvrez-les en premier lieu – les endroits souvent oubliés comprennent le dessus des pieds, le dos des mains, le cou et les oreilles

 

Avant de sortir, n’oubliez pas de consulter l’indice UV de votre région. Vous pouvez également télécharger des applications de l’indice UV telles que le Widget de l’indice UV ou l’application Wolfram Sun Exposure Reference. Utilisez le guide ci-dessus pour vous aider à interpréter les indices UV.

Détection

Tout au long de l’année, il est important de se soumettre à un auto-examen de la peau une fois par mois. Si vous avez un partenaire, effectuez-les l’un pour l’autre. Prenez des photos ou notez les grains de beauté existants, afin d’avoir une référence en cas de changement. Si vous constatez des changements au niveau d’un grain de beauté, de nouvelles excroissances ou de nouveaux grains de beauté, ou si vous développez une plaie qui ne guérit pas, contactez votre médecin dès que possible – il n’y a pas de mal à être prudent, et une détection précoce signifie un traitement plus précoce.

Lorsque vous vérifiez votre propre peau ou celle de vos proches, gardez à l’esprit les “ABCDEFG” des vérifications de la peau :

  • A – Asymétrie. La forme d’une moitié ne correspond pas à l’autre moitié.
  • B – Bordure irrégulière. Les bords sont souvent déchiquetés, dentelés ou leur contour est flou. Le pigment peut se répandre dans la peau environnante.
  • C – Couleur inégale. Des nuances de noir, de brun et de beige peuvent être présentes. Des zones blanches, grises, rouges, roses ou bleues peuvent également être visibles.
  • D – Diamètre. Il y a un changement de taille, généralement une augmentation. Les mélanomes peuvent être minuscules, mais la plupart ont une largeur supérieure à 6 millimètres (environ 1/4 de pouce de large).
  • E – Évolution. Le grain de beauté a changé au cours des dernières semaines ou des derniers mois.
  • F – Ferme. Le grain de beauté est-il plus dur que la peau qui l’entoure ?
  • G – Grandissant. Le grain de beauté grossit-il progressivement ?

 

En examinant votre peau, vous devez également surveiller la kératose actinique, également connue sous le nom de kératose solaire. La kératose actinique se développe généralement chez les personnes âgées sur les zones de la peau exposées au soleil. La kératose actinique se présente sous la forme d’une tache rugueuse sur la peau et peut se manifester par des plaques rouges et squameuses ; elle est souvent confondue avec l’eczéma. Elle peut être sensible au toucher. Si elle n’est pas traitée, la kératose actinique peut se transformer en carcinome spinocellulaire.

(“Kératose actinique”. Scars Center.)

Lorsque vous passez du temps à l’extérieur cet été, n’oubliez pas de prendre des précautions contre le soleil. Restez en sécurité dehors !

Read more